MEFRO(P)

Le projet MEFRO est coordonné par le laboratoire CRESEM de l’Université de Perpignan en collaboration avec l’EUROM (European Observatory on Memories) et cinq autres pays : Espagne, Italie, Allemagne, Estonie, Slovénie.

 

MEFRO a pour objet la diffusion, la recherche et
l’analyse du patrimoine mémoriel social et physique, au niveau européen. Un intérêt spécifique est porté sur la frontière franco-espagnole où dans l’histoire récente, la mémoire et le patrimoine sont très riches.

 

Il s’insère dans le programme «Europe for Citizens» de l’EACEA (Education, Audiovisual and Culture Executive Agency).

 

La question de la Mémoire en tant que domaine transversal, pluridisciplinaire et interculturel est aujourd’hui un sujet de premier ordre, sachant que l’Europe actuelle est étroitement liée aux conflits du passé récent et que les relations entre les États et régions sont dotées d’une grande complexité sociale, culturelle, historique, politique
et économique.

 

En 2013, dans l’idée de développer un réseau de travail sur la notion de mémoire culturelle à la frontière franco-espagnole des Pyrénées, le CRHISM de l’UPVD – en collaboration avec la Fondation de l’Université de Barcelone et l’Observatoire Européen de Mémoire – lance le projet MEFROP (Mémoires d’Europe aux Frontières des Pyrénées) doté d’un financement du Ministère de la Culture français, de la Fondation de l’Université de Barcelone et de l’observatoire européen de mémoire. 

 

Afin de mener à bien ce projet, de nombreux acteurs associatifs, institutionnels et universitaires du territoire des Pyrénées-Orientales et de la Catalogne se sont engagés dans l’étude des pratiques et politiques mémorielles de leur région, transformant ainsi le projet en un projet multiculturel et transfrontalier. 

 

MEFROP est né du fait qu’il existe un intérêt croissant pour les aspects et les enjeux de mémoire dans la zone France-Espagne. Or, l’étude de la frontière étant en elle-même un univers permanent d’interculturalité, il est intéressant d’aller au-delà de la frontière franco-espagnole et de décloisonner les territoires en développant la dimension européenne de l’étude. C’est de cette volonté de transformer le potentiel transdisciplinaire, transnational et multiculturel de MEFROP en une collaboration interculturelle et transversale qu’est née l’idée de la deuxième phase du projet : MEFRO.

Parmi ses principaux objectifs, MEFRO cherche à travailler sur le transfert et le partage des connaissances autour du thème de la mémoire afin de favoriser leur appropriation par le public à l’échelle internationale. Il cherche à renforcer un réseau de travail permanent, interdisciplinaire et transnational qui traite la thématique des frontières comme un lieu d’analyse où se concentrent la plupart des difficultés qui entravent l’histoire, la mémoire et le patrimoine de l’Europe actuelle.


Ainsi, MEFRO cherche à promouvoir l’histoire des origines de l’UE à partir d’une histoire commune et multiple. Il vient donc d’être sélectionné au sein du programme « Europe for Citizens »
de l’EACEA, un instrument important qui vise à inciter les quelque 500 millions d’habitants de l’Europe à jouer un plus grand rôle dans le développement de l’Union.

 

En finançant des projets et des activités auxquels les citoyens peuvent participer, et particulièrement les jeunes publics, le programme s’attache à promouvoir l’histoire et les valeurs communes des Européens et à favoriser un sentiment d’adhésion par rapport à l’évolution de l’UE. Pour ce faire, il regroupera plusieurs organismes provenant de différents secteurs impliqués dans la gestion, la diffusion et l’étude de ce patrimoine mémoriel. Chacun de ces organismes, de part ses activités et sa coopération, contribuera à l’originalité, la qualité et l’excellence du projet ainsi qu’à la continuité et à la pérennisation de la diffusion de la mémoire. 

 

L’objectif final de MEFRO est d’exploiter le potentiel des expériences comparatives transnationales afin de transmettre, au plan social, des connaissances qui brisent les frontières conceptuelles qui restreignent encore la construction d’une vision partagée de l’histoire européenne de la mémoire.

 

MEFRO partagera cette expérience avec d’autres partenaires européens pour une éventuelle transposition à d’autres terres frontalières du passé et du présent, portant une attention particulière aux actifs hérités de la Seconde Guerre Mondiale, 70 ans après sa fin.